doré

doré

doré, ée [ dɔre ] adj. et n. f. et m.
• 1080; de dorer
I
1Qui est recouvert d'une mince couche d'or. Reliure dorée au fer. Doré sur tranche. Argent doré : vermeil. Lettres dorées. Bijou doré à l'or fin. Par ext. Recouvert d'un métal jaune. Boutons dorés d'un uniforme.
2Qui a l'éclat, la couleur jaune cuivré de l'or. ambré, jaune, mordoré. Moissons dorées. flavescent. « Ses cheveux étaient dorés » (Proust). « Le matin de septembre, rouge et doré comme une pêche de vigne » (Colette). Blond doré. Peau dorée. bronzé. « Une fillette toute dorée de peau et de poil » (Duhamel).
(Avec des noms d'animaux) Carpes dorées. Carabe doré. Faisan doré.
Pâtiss. Recouvert d'une couche de jaune d'œuf délayé (avant d'être cuit au four).
3Vx Rempli d'or. Prov. Bonne renommée vaut mieux que ceinture dorée. Par ext. Mod. La jeunesse dorée : les jeunes gens de la riche bourgeoisie qui, après Thermidor, prirent part à la réaction contre la Terreur. Auj. Jeunes gens riches, élégants et oisifs. Les blousons dorés : les « blousons noirs » de la jeunesse dorée.
4Vx Paroles dorées (cf. Bouche d'or). La Légende dorée.
II
1 N. f. (1393) LA DORÉE. Poisson osseux des mers d'Europe (appelé aussi jean-doré). saint-pierre.
Dorée d'étang : tanche aux reflets dorés.
2 N. m. (1806; poisson doré 1634) Au Canada, Poisson d'eau douce à chair estimée. Le doré noir et le doré jaune ou blanc. « Ils emplissaient les viviers de carpes, de brochets, de dorés, de maskinongés » (L.-P. Desrosiers).
⊗ CONTR. Dédoré, 1. terne.

doré Participe passé de dorer. ● doré nom masculin Couleur dorée ou couche de dorure de quelque chose : Le doré du cadre s'est terni. Au Canada, poisson d'eau douce apprécié en cuisine. Bijou en métal commun recouvert d'une mince couche d'or après ciselage. ● doré (homonymes) nom masculin doré adjectif dorée nom féminin dorer verbe

Doré, ée
adj. et n. m.
d1./d Recouvert d'or. Livre doré sur tranche. Le vermeil est de l'argent doré.
d2./d De la couleur de l'or. Des cheveux dorés.
d3./d Fig. Fortuné, brillant. Mener une existence dorée.
|| Jeunesse dorée: jeunes gens riches et oisifs.
d4./d n. m. Coloration dorée. Le doré de ce cadre s'est terni.
d5./d n. m. (Québec) Poisson d'eau douce apparenté à la perche. Doré jaune (Stizoztedion vitreum), à chair estimée, aux flancs recouverts d'écailles aux reflets dorés. Doré noir (Stizoztedion canadense).
————————
Doré
(Gustave) (1832 - 1883) dessinateur, peintre et graveur français de style romantique et d'inspiration fantastique; illustrateur fécond de Rabelais, Dante, Cervantès.

⇒DORÉ, ÉE, part. passé, adj. et subst.
I.— Part. passé de dorer.
II.— Emploi adj.
A.— TECHNOL. et usuel. Qui est recouvert d'or, d'ornements dorés.
1. [En parlant d'un obj., d'un matériau] Recouvert d'une mince couche d'or ou d'une substance ayant l'apparence de l'or. Bois, bronze, marbre doré; cadre, vase doré; statue dorée. Un long mur avec de grands panneaux de bois noir suspendus, tenus par des clous dorés (VERLAINE, Œuvres compl., t. 5, Confessions, 1895, p. 42) :
1. Les fauteuils et les divans ont les pieds dorés. Autour de la salle il y a des consoles dorées; et les lambris (...) ma foi, il y a aussi des lambris dorés. La chose est complète, comme tu vois.
NERVAL, Voyage en Orient, t. 1, 1851, p. 75.
Spéc., RELIURE. [En parlant d'un livre] Doré sur tranche. Dont la (les) tranche(s) est (sont) recouverte(s) d'une couche d'or. P. plaisant. Fourchevif [apercevant la livrée de Tronquoy]. — Comment, te voilà encore doré sur tranches à neuf heures du matin? (...) va mettre ta petite veste (LABICHE, Fourchevif, 1859, 3, p. 383). Il faillit tomber sur un état-major entièrement doré sur tranche (GIONO, Bonheur fou, 1957, p. 446).
Emploi subst. à valeur de neutre. Une seule chambre avait échappé aux fauteuils acajou, au doré des pendules sous globe (MALÈGUE, Augustin, t. 1, 1933, p. 126).
2. Recouvert, enrichi d'ornements dorés. Un habit doré; un salon doré. Dans les pays religieux, la cathédrale est l'endroit le plus orné, le plus riche, le plus doré, le plus fleuri (GAUTIER, Tra los montes, 1843, p. 155). P. métaph. Les façades dorées des siècles dits chrétiens (MAURIAC, Bloc-notes, 1958, p. 270).
[En parlant de pers.] Vêtu d'habits dorés, chamarrés. Les généraux dorés galopent triomphants, Regardés par les morts tombés à la renverse (HUGO, Châtim., 1853, p. 20) :
2. ... j'ai aperçu (...) des nuées de rabatteurs en béret saxon courant et criant dans les fourrés, pendant que des chasseurs dorés et empanachés s'embusquaient à chaque tournant d'allée.
A. DAUDET, Robert Helmont, 1874, p. 195.
B.— P. anal. Qui a la couleur, l'apparence, l'éclat ou les reflets de l'or.
1. TECHNOLOGIE
a) PEINT. Teintes dorées. Teintes obtenues par mélange de jaune, de rouge et d'orangé, ou par des alliages métalliques. Jaune doré; beige doré; un blond doré. Coulé pour la chair, très fin : le ton de laque jaune et jaune de zinc avec laque rouge dorée (DELACROIX, Journal, 1853, p. 7). Le pentasulfure d'antimoine, dit aussi soufre doré (...) sert à la fois de vulcanisant (...) et de colorant (GRAFFIGNY, Industr. caoutch., 1928, p. 55).
b) CUIS. [En parlant d'une préparation culinaire] Qui a une couleur d'or, un aspect brillant, dû à la cuisson et/ou à un enrobage d'œuf battu. Une belle boulangerie (...) étalait sous le nez des passants des gâteaux et de grands pains dorés (ZOLA, Travail, t. 1, 1901, p. 18). C'était une cuisse de poulet, rôtie à point, dorée, que je humais déjà (GIDE, Journal, 1943, p. 208).
Spéc., région. Pain doré. Pain trempé dans du lait, des œufs battus et frit au beurre. Synon. pain perdu :
3. ... il y aurait toujours des repas à la galette de sarrazin que maman faisait si bien et que l'on arrosait de mélasse presque noire; il y avait aussi des repas au « pain doré »; aux crèpes pas chères; ...
C. JASMIN, La Petite patrie, Montréal, éd. La Presse, 1972, p. 109.
2. Qui a l'éclat ou la couleur de l'or; qui a des reflets irisés.
a) [En parlant d'une chose] Un blé doré; un vin doré; une lumière dorée. Si dur que soit ce marbre du Pentélique, et quelle qu'en soit la patine séculaire, jaune, chaude, blonde, paille, dorée (...) ce marbre reçoit d'autres atteintes (PÉGUY, Clio, 1914, p. 26). Quelques sonneries de clairon dans le ciel encore doré témoignaient seulement que les militaires se donnaient l'air de faire leur métier (CAMUS, Peste, 1947, p. 1285).
Emploi subst. à valeur de neutre. La tiédeur, le doré du jour, la paix, tout ce qui en avait sa gloire subsistaient en traces légères malgré les ombres (GIONO, Hussard, 1951, p. 332).
BOT. Chêne doré; épicéa doré; if doré; pourpier doré.
b) [Dans un syntagme nominal caractérisant un être animé] Une chevelure, un pelage, un plumage doré(e). Mlle Beaupré suspend un instant sa vitesse et Rose peut admirer cette alezane dorée (MORAND, Rococo, 1933, p. 51) :
4. ... deux jeunes femmes dans un coin mal éclairé riaient doucement avec un marin dont la chevelure tombait en cascade dorée sur un visage où l'alcool mettait un sourire d'enfant.
GREEN, Chaque homme dans sa nuit, 1960, p. 207.
En partic.
♦ [En parlant des yeux, du regard] Qui a des reflets, des lueurs rappelant ceux de l'or. Ses yeux n'étaient pas bleus comme je l'avais cru, mais dorés (VERCORS, Silence mer, 1942, p. 31).
♦ [En parlant de l'épiderme] Hâlé, bronzé. Il haussa les épaules et effleura de la main, en passant, la joue dorée du petit clergeon, debout contre le mur (BERNANOS, Crime, 1935, p. 850). Au détour de la route, toute rousse, toute dorée dans sa robe blanche, Nini vient vers moi (VIALAR, Pt jour, 1947, p. 279).
[En parlant d'un animal] Des mouvements glissants, mous et onduleux, comme en ont les tanches dorées aux profondeurs des eaux limpides (NOAILLES, Nouv. espér., 1903, p. 240). Des lézards dorés se chauffaient parmi les pierres (BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p. 429).
BACTÉRIOL., ZOOL. Staphylocoque doré; cétoine dorée; mouche dorée.
P. métaph. [En parlant d'un son, d'une voix] C'était un charme alors d'ouïr cette voix harmonieuse [de M. Villemain] et dorée qui semblait celle de la sirène (SAINTE-BEUVE, Nouv. lundis, t. 12, 1863-69, p. 416). Nous entendions au bout du jardin (...) le double tintement timide, ovale et doré de la clochette pour les étrangers (PROUST, Swann, 1913, p. 14).
C.— Au fig.
1. [P. réf. à l'or en tant que symbole de richesse]
a) Souvent péj. [En parlant d'une pers., d'un groupe hum., et p. méton. de ses conditions d'existence] Qui vit dans une aisance matérielle extrême et profite des privilèges sociaux. Cette heureuse enfance, cette adolescence dorée n'avait jamais rencontré d'opposition à ses désirs (BALZAC, Cabinet ant., 1839, p. 30). Les courtisans dorés sont les vils astronomes Qui contemplent d'en bas les rois, ces faux soleils (HUGO, Pape, 1878, p. 74) :
5. Il reste que ces sornettes, puisqu'il vous plaît de les appeler ainsi, sont un des luxes de la bourgeoisie et qu'en les lisant, vous prenez le pouls et la température des élites dorées au sort desquelles le vôtre se trouve lié.
AYMÉ, Le Confort intellectuel, 1949, p. 204.
Jeunesse dorée
HIST. Jeunes gens de la bourgeoisie aisée qui prirent part à la réaction contre la terreur. Jusqu'aux journées de prairial, les royalistes (...) demeurèrent dans les rangs de cette jeunesse dorée, et servirent sous les ordres de la faction thermidorienne (SAINTE-BEUVE, Prem. lundis, t. 1, 1869, p. 216).
Mod. Jeunes gens généralement désœuvrés appartenant aux couches privilégiées de la société. Là, sur des divans (...) des jeunes hommes étaient assis (...). La jeunesse dorée de Fez, la nouvelle génération, les futurs caïds et les futurs vizirs (LOTI, Maroc, 1889, p. 185). La jeunesse dorée de l'endroit est en train de jouer au baby-foot (GIONO, Gds chemins, 1951, p. 155).
[Avec la connotation asociale de blouson noir] Blousons dorés. Jeunes oisifs issus de la bourgeoisie aisée.
Loc. Rêve, songe doré. Projet merveilleux. Je me suis habituée à voir Arthur (...); je l'épouserai avec joie car je sais que ce mariage est depuis longtemps le songe doré de mon père (DUMAS père, Teresa, 1832, II, 6, p. 170).
b) [Dans des emplois fondés sur une antithèse; en parlant de conditions jugées basses, mauvaises ou néfastes] Misère dorée. Vous ignorez l'étendue de certaines infortunes dorées (BALZAC, Secrets Cadignan, 1839, p. 347). Aujourd'hui même, dans ce château, plusieurs frères de Moulay Yousef sont relégués au fond de leurs appartements, dans une captivité dorée (THARAUD, Rabat, 1918, p. 236). Le mot bourgeois n'était employé que par la noblesse qui entendait ainsi souligner une distance entre les gens bien nés et la roture dorée (AYMÉ, Confort, 1949, p. 46).
c) Proverbe. Bonne renommée vaut mieux que ceinture dorée.
2. [Avec l'idée de richesse, de plénitude mor.] :
6. Wolfgang Gœthe va s'éteindre (...). Quel soir auguste! Quel regard sur la vie pleine et dorée, quand, à l'extrême de l'âge, il contemple, — que dis-je — il compose encore son propre crépuscule...
VALÉRY, Variété IV, 1938, p. 126.
LITT. La Légende dorée. Histoire des Saints écrite par Jacques de Voragine. Rien de plus beau, de plus robuste et de plus fier que cette figure de guerrier [saint Georges dans la Sainte Famille de Véronèse] qui serait aussi bien à sa place dans un tournoi que dans la Légende dorée (GAUTIER, Guide Louvre, 1872, p. 82).
3. [P. réf. à la séduction de l'or, à l'aspect trompeur des dorures et à leur fonction d'ornement] Sans effort, sans y attacher d'importance, il jonglait avec les rimes dorées en manière de passe-temps (SAINT-SAËNS, Portr. et souv., 1909, p. 182).
Langue, parole dorée. Manière de s'exprimer, de présenter les choses, habile et ornée, généralement trompeuse. Le commerce le passionnait [Octave], le commerce du luxe de la femme, où il entre une séduction, une possession lente par des paroles dorées et des regards adulateurs (ZOLA, Pot-Bouille, 1882, p. 13). C'est réellement à Guignol que fait penser le vainqueur de l'Ordre Moral, un Gambetta, l'aventurier subtil, à la langue dorée (BERNANOS, Gde peur, 1931, p. 109).
III.— Emploi subst.
A.— Subst. masc., région. (Canada). Poisson d'eau douce estimé en cuisine. Plus humble, sans prétention autre que de donner un beau nom à un beau poisson, le canadien-français a appelé doré l'animal bariolé (A.-N. MONTPETIT, Les Poissons d'eau douce, 1897, p. 52 ds Canadian. 1969).
B.— Subst. fém.
1. Arg., vx. Femme de mœurs légères. « Le Soir » a pris pour des ouvrières les petites dorées, autrement dit : les cocottes (FUSTIER, Suppl. dict. de Delvau, 1889, p. 530).
2. Vx. Mince tranche de pain recouverte de beurre ou de confiture.
Rem. Attesté ds la plupart des dict. généraux.
3. ICHTYOL. Poisson osseux des mers d'Europe. Synon. de saint-pierre. La dorée (...) mesure 0,60 m de long (...), sa chair, quoique délicate, est peu estimée (Nouv. Lar. ill.).
Fréq. abs. littér. :3 048. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 3 687, b) 5 604; XXe s. : a) 5 039, b) 3 782.

doré, ée [dɔʀe] adj. et n.
ÉTYM. 1080; p. p. de dorer.
———
I Adj.
1 Qui est recouvert d'une mince couche d'or, et, par ext., d'une substance imitant l'or. || Tranche dorée d'un livre. || Argent doré. Vermeil. || Cadre (cit. 3) doré. || Lettres dorées (→ Caractère, cit. 4). || Clous dorés (→ Cage, cit. 4). || Sculpture dorée (→ Acanthe, cit. 2). || Habits aux parements dorés (→ Attifer, cit. 2). || Boutons dorés d'un uniforme : boutons recouverts d'or ou boutons d'un métal jaune. || Cuirs dorés (→ Or, cit. 26).
1 (…) avoir une perruque blonde et bien frisée, des plumes à votre chapeau, un habit bien doré (…)
Molière, Dom Juan, I, 2.
Loc. Doré sur tranche, se dit d'un livre dont la tranche est passée à l'or.Fig. Couvert de dorures; luxueux et ostentatoire.Une vie dorée sur tranches (var. : doré sur toutes les coutures).
1.1 (…) j'avais conscience, dans ce bureau banal entouré de gloire et de famine, que la force énigmatique qui transformait les commissaires du peuple vêtus de cuir, en maréchaux dorés sur tranches, dépassait de loin les misérables profits des vainqueurs (…)
Malraux, Antimémoires, Folio, 1972, p. 206.
N. m. (souvent iron.). || Le doré d'un cadre. || Bijouterie en doré ( Dorure). || C'est tout plein de doré partout.
Prov. Vx. À vieille mule, frein doré.
Vx. Rempli d'or.Loc. mod. Bonne renommée vaut mieux que ceinture dorée.
REM. Dans l'usage actuel, doré signifie plutôt « couvert d'une substance imitant l'or » (ex. : papier doré, cigarette à bout doré). Pour désigner une véritable dorure, on précisera doré à l'or fin ou on dira couvert d'or, sauf dans quelques contextes concernant des réalités où l'or est employé normalement.
2 Qui a l'éclat, la couleur jaune cuivrée de l'or. Ambré, mordoré; brillant. || Moissons dorées; feuillages jaunes et dorés (→ Acacia, cit. 1; créneau, cit. 1; crosse, cit. 6). || Fruit doré (→ Brugnon, cit.). || Lumière douce, chaude et dorée (→ Bleu, cit. 11; combe, cit. 2). || Teinte dorée. || Vin clair et doré (→ Cidre, cit. 2). || Cheveux d'un blond doré.Peau dorée. Bronzé, bruni, cuivré (→ Blancheur, cit. 2; cerise, cit. 4).
2 Ses cheveux étaient dorés, et ne l'étaient pas seuls; car si ses joues étaient roses et ses yeux bleus, c'était comme le ciel encore empourpré du matin où partout pointe et brille l'or.
Proust, À la recherche du temps perdu, t. III, p. 168.
3 (…) goûte le matin de septembre, rouge et doré comme une pêche de vigne, va sans crainte jusqu'au fond du bois (…)
Colette, la Paix chez les bêtes, La chienne jalouse, p. 9.
tableau Désignations de couleurs.
N. m. || Le doré et l'argenté. || Le doré de ses cheveux. Or (fig.).
(Syntagmes désignant des espèces vivantes).(Animaux). || Carpes dorées. || Carabe doré. Carabe. || Abeilles dorées (→ Béer, cit. 11). || Faisan doré.(Plantes). || Cresson doré; saxifrage doré. Dorine.
Spécialt. Couvert d'une couche de jaune d'œuf délayé avant d'être cuit au four. || Gâteau doré. || Pâté doré.
Cuis. (Régional). || Pain doré, frit, au lait et aux œufs (syn. régional : pain perdu, pain des anges).
3 Loc. fig. En or (fig.). Langue dorée (→ Bouche d'or). || C'est une langue dorée; il, elle a la langue dorée : il, elle a la parole facile, fait preuve d'éloquence.
Vers dorés : vers sentencieux, préceptes attribués à Pythagore.
La Légende dorée : histoire des saints écrite par Jacques de Voragine. Par anal. Légende, hagiographie.
4 L'histoire littéraire est tissue comme l'autre de légendes diversement dorées.
Valéry, Variété I, p. 74.
Siècle, âge doré, heureux. Or (âge d'or).
4 Fig. Qui a des couleurs gaies et brillantes. || Des rêves dorés.
5 (Idée de richesse). a La jeunesse dorée : les jeunes gens de la riche bourgeoisie, qui, après Thermidor, prirent part à la réaction contre la Terreur.Mod. Jeunes gens riches, élégants, insouciants.
5 Les jeunes gens sont lâchés, et la mode s'en mêle. Cette Jeunesse dorée, sortant, toute vibrante, du spectacle, déchaîne dans la rue de petites émeutes contre les « buveurs de sang » (…) elle a son uniforme, l'habit carré des muscadins (…)
Louis Madelin, la Révolution, XXXV, p. 388.
6 La Maison-d'Or, c'est bien mal composé : des lorettes, des quarts d'agent de change, et les débris de la jeunesse dorée. Aujourd'hui, tout le monde a quarante ans, — ils en ont soixante. Cherchons la jeunesse encore non dorée. Rien ne me blesse comme les mœurs d'un jeune homme dans un homme âgé (…)
Nerval, les Nuits d'octobre, IV, « Causerie ».
Blousons dorés : les « blousons noirs » de la jeunesse dorée.
b Une médiocrité dorée, qui n'est pas due au manque d'argent.
7 — J'ai horreur de la médiocrité.
— Mais depuis dix ans, tu vis dans une médiocrité dorée, la pire de toutes.
— J'en ai assez, justement.
Drieu La Rochelle, le Feu follet, p. 87.
———
II
1 N. f. (V. 1300, Viandier valaisan). Poisson osseux des mers d'Europe (appelé aussi jean-doré). Saint-pierre. || Dorée d'étang : tanche aux reflets dorés.
2 N. m. (1806; poisson doré, 1634). Au Canada, Poisson d'eau douce à chair estimée. || Le doré noir et le doré jaune ou blanc (n. sc. : stizostedion canadense et stizostedion vitreum). || « Ils emplissaient les viviers de carpes, de brochets, de dorés, de maskinongés » (L.-P. Desrosiers).
DÉR. Dorine.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Нужно сделать НИР?

Regardez d'autres dictionnaires:

  • doré — doré …   Dictionnaire des rimes

  • doré — doré, ée (do ré, rée) part. passé. 1°   Recouvert d une couche d or. Un livre relié en veau et doré sur tranche. De l argent doré. •   Ces palais tout dorés qu assiége la misère, M. J. CHÉN. Gracques, II, 3. •   Que font ces nains si bien parés… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Dore — steht für Personennamen: Dore Hoyer (1911–1967), deutsche Ausdruckstänzerin Dore Jacobs (1894–1979), deutsche Bewegungspädagogin Dore Meyer Vax, deutsche Malerin Dore O. (* 1946), eigentlich Dore Oberloskamp, deutsche Filmemacherin, Malerin und… …   Deutsch Wikipedia

  • doré — Doré, [dor]ée. part. Ceinture dorée. Tapisserie de cuir doré. On appelle, Vermeil doré, De la vaisselle d argent doré, Du vermeil doré. un service de vermeil doré. une coupe de vermeil doré. On dit prov. & bass. d Un homme qui a des habits tout… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Dore O. — Dore O. (* 9. August 1946 in Mülheim an der Ruhr; eigentlich Dore Oberloskamp) ist eine deutsche Filmemacherin, Malerin und Fotografin. Sie hat sich vor allem im Bereich des Experimentalfilms einen Namen gemacht und ist Mitbegründerin der… …   Deutsch Wikipedia

  • Doré — ist: eine französische Bezeichnung für den Petersfisch (Heringskönig) ein ehemaliger französischer Automobilhersteller, siehe Société Doré Doré ist der Familienname folgender Personen: Daniel Doré (* 1970), kanadischer Eishockeyspieler Gustave… …   Deutsch Wikipedia

  • Doré-mi — Pays d’origine   …   Wikipédia en Français

  • DORÉ (G.) — DORÉ GUSTAVE (1832 1883) L’art du noir et blanc connut au XIXe siècle, avec le sentiment romantique du fantastique et la renaissance de la gravure, un épanouissement remarquable. L’un des plus grands maîtres du genre est le dessinateur et graveur …   Encyclopédie Universelle

  • Dore [2] — Dore (spr. dōr ), Berggruppe, s. Mont Dore …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • doré — doré, e adj. Être doré, avoir de la chance, l avoir en or …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”